13 février 2018
par

Les investissements de Québec soutiennent l’économie de demain

La majorité des analystes s’entendent pour dresser un portrait favorable de la situation économique du Québec, dont la performance se démarque par rapport aux autres provinces.

La majorité des analystes s’entendent pour dresser un portrait favorable de la situation économique du Québec, dont la performance se démarque par rapport aux autres provinces. En effet, la baisse du taux de chômage observée atteint maintenant des niveaux records, alors que l’on assiste depuis quelques années à une augmentation soutenue du PIB de la Belle Province.

Pourtant, certains éléments impondérables – notamment en ce qui a trait aux annonces liées au protectionnisme américain, font croire qu’il est nécessaire de demeurer vigilant afin d’assurer le maintien de cette tendance positive. C’est dans ce contexte que l’Association des MBA du Québec recevait Mme Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innova­tion du Québec, qui était de passage dans le cadre d’un midi-conférence.

Ingénieure de formation et détentrice d’un MBA de HEC Montréal, Mme Anglade a énoncé un discours traitant des principaux objectifs et défis à relever afin de propulser l’économie de demain. De plus, elle a exposé les mesures mises de l’avant par son gouvernement pour stimuler l’activité économique de la province et particulièrement dans certains domaines névralgiques.

Une belle performance pour le Québec

Mme Anglade a débuté son discours en soulignant les accomplissements québécois en matière de création d’emplois, et particulièrement en rapport avec la croissance des exportations, l’émergence de sec­teurs technologiques, et la bonne performance des grappes économiques. En ce sens, la ministre estime que le Québec a tout ce qu’il faut pour se démarquer sur la scène internationale.

Dominique Anglade croit qu’il faut cependant profiter de ce momentum positif pour amplifier ses avantages,

et continuer de se différencier de la concurrence. On doit donc éviter le piège de la complaisance, alors que les menaces de barrières tarifaires avec les États-Unis font régulièrement la manchette depuis l’arrivée du nouveau président. Ainsi, le plan de son gouvernement se concentre autour de trois enjeux :

  • L’entrepreneuriat
  • Les manufacturiers innovants
  • L’augmentation des exportations

Heureusement, les finances publiques sont saines d’après la ministre, qui estime que cela lui offre la marge de manœuvre nécessaire pour soutenir des investissements continus en la matière. De plus, Mme Anglade a mentionné l’importance des enjeux reliés aux transferts d’entreprises, alors que le défi démographique devra être relevé durant les prochaines années.

Emplois et exportation

Le gouvernement du Québec vise à soutenir la péren­nité des emplois de secteurs clés de la province, qui peuvent être menacés par l’accélération des techno­logies numériques et la mondialisation. On peut ainsi penser aux entreprises du domaine forestier, qui ont été en mesure de développer de nouveaux produits afin de compenser la disparition du marché pour le papier journal. En ce sens, Mme Anglade a mentionné que 242 projets manufacturiers innovants ont été mis en oeuvre durant la dernière année, permettant de générer pour environ 1,9 milliard $ en investissements.

La réalisation de la Stratégie québécoise en matière d’exportations est aussi prévue; on y injectera 540 millions $ au cours des quatre prochaines années, alors que plus de 4000 entreprises bénéficieront de conseils d’experts pour aller à la conquête de nouveaux mar­chés. Le lancement d’un centre de croissance accéléré aux États-Unis (New York) est aussi prévu, et ce afin d’appuyer les fleurons les plus en vue de la province.

Cette orientation vers les exportations arrive à point nommé, puisque les accords de libre-échange avec l’Union européenne (AECG) entreront bientôt en vigueur. On parle ainsi de plus de 500 millions de consommateurs potentiels, alors que le vieux continent compte pour plus de 20% du PIB de la planète.

L’obsession de l’innovation

Dominique Anglade a terminé sa présentation en rappelant l’obsession de l’innovation démontrée par son gouvernement. En effet, elle estime que 2,8 milliards $ seront investis au cours de cinq pro­chaines années pour soutenir sa stratégie de recherche et d’innovation, qui s’articulera autour de trois angles :

  • Développer les talents et la relève
  • Accroître les capacités de recherche
  • Accélérer le transfert et la commercialisation des innovations

Ainsi, alors qu’une nouvelle grappe axée sur l’intelli­gence artificielle verra bientôt le jour, Mme Anglade a aussi discuté des besoins plus concrets en matière d’économie numérique. Une stratégie en ce sens sera effectivement mise en place; on y investira 100 millions $ pour soutenir la construction d’in­frastructures numériques, comme l’internet à haut débit, dans les régions éloignées de la province.


Auteur

Nicolas Godin


Abonnez-vous à notre infolettre

Profitez d’articles intéressants et passionnants; soyez informé sur nos prochaines activités