13 février 2018
par

L’authenticité à l’heure de la relève en affaires

Les risques liés aux augmentations du prix des logements sont une réelle complication pour beaucoup de nouveaux acheteurs.

Les enjeux reliés à l’immobilier et l’accès à la propriété font souvent la manchette ces dernières années et particulièrement dans la grande région montréalaise. Les risques liés aux augmentations du prix des logements sont une réelle complication pour beaucoup de nouveaux acheteurs, alors que l’endettement élevé des ménages fait craindre des difficultés hypothécaires potentielles.

Changer les perceptions

Ainsi, Laurence Vincent veut contribuer à l’essor de Montréal, notamment en mettant de l’avant les aspects positifs du développement immobilier. Cela s’applique particulièrement en ce qui a trait aux condos, qui font l’objet de plusieurs critiques en raison de leur taille réduite et de leurs extensions parfois jugées chaotiques.

Malgré cela, Mme Vincent croit que ces logements sont très adaptés à la stratégie de densification des villes, qui sont ainsi en mesure d’offrir plus de services tout en luttant contre l’étalement urbain. De même, des condos plus petits sont aussi moins chers, ce qui permet aux nouveaux acheteurs de prendre possession d’un actif qui prendra de la valeur.

Cela s’applique particulièrement aux jeunes professionnels, qui souhaitent rester en ville pour élever leur famille et sont prêts à certains compromis pour y de­meurer. Par ailleurs, l’aspect communautaire n’est pas laissé de côté dans cette vision du dé­veloppement, car l’on met aussi de l’avant la création d’es­paces communs qui servent de points de rassemblement.

Laurence Vincent a tenu à souligner la politique de logements sociaux adoptée par son entreprise, qui formeront au moins 15 % des appartements érigés par Prével. Le groupe a ainsi été parmi les premiers à suivre cette recommandation mise en place par la ville de Montréal.

Assurer la pérennité

Seulement une minorité de compagnies sont en mesure de survivre à un passage intergénérationnel. Le groupe Prével, mené depuis une trentaine d’années par ses fondateurs, Jacques Vincent et Jonathan Sigler, est en bonne voie d’y arriver.

Cela n’a pas été une tâche facile et Laurence Vincent est heureuse d’avoir été en mesure de bénéficier de conseils professionnels en matière d’accompagne­ment d’entreprises. Elle a ainsi terminé sa présen­tation par un rappel à l’authenticité en affaires, alors qu’elle désire contribuer aux succès de sa compagnie grâce à l’aide de son nouveau partenaire et mentor John Sigler.


Auteur

Nicolas Godin,

Abonnez-vous à notre infolettre

Profitez d’articles intéressants et passionnants; soyez informé sur nos prochaines activités