13 février 2018
par

La révolution industrielle occasionnera-t-elle votre remplacement?

Si vous avez tendance à répondre comme un auto­mate, faites attention, l’un d’eux pourrait bien prendre votre place!

Croyez-vous vraiment ceux qui vous disent : « une personne comme toi ne se remplace pas aisément » ? Et pourtant un jour ou l’autre vous avez eu, dans le meilleur des cas, une promotion ; dans le pire, vous avez écopé d’une restructuration ou, plus simplement, vous êtes parti vers de nouveaux horizons et quelqu’un a pris votre place. Pourtant, le manège continue à tourner.

Le « suivant » a pris la relève. Il a apporté du sang neuf (comme si le vôtre était vicié!) et surtout, il a fait table rase de votre univers, vos contacts, vos habitudes et parfois même de vos collaborateurs! Le roi est mort, vive le roi! Et ceux qui, hier encore, pleuraient votre départ sont entrés dans le bal de la séduction, pour ne pas dire de la survie… L’ancienne garde chuchote pendant que la nouvelle fanfaronne.

Napoléon III disait « On ne détruit réellement que ce que l’on remplace ». Ce n’est pas pour rien que les relations entre « suivi » et « suivant » dépassent rarement la plus simple des politesses. Pour faire sa marque, le remplaçant n’hésitera pas à détruire une bonne partie de votre oeuvre. La plupart des changements réalisés seront des changements en rupture, surtout si vous occupiez un poste décisionnel.

Plusieurs entreprises cherchent une alternance dans les styles de gestion et il n’est pas rare de voir nommer un remplaçant avec des vues opposées à celles de celui qu’il remplace. Souvent, on lui confie même la mission de mettre de l’ordre dans la boîte, de favoriser un renouveau, de développer de nou­velles relations, de restructurer l’équipe, etc. Tout cela peut avoir du bon, si c’est le but visé!

Il ne faut cependant pas oublier que tous les changements en rupture, surtout ceux qui res­semblent à des menaces, ne vous feront pas franchir le mur du son! Ils peuvent parfois donner un sérieux coup de frein à votre entreprise et la priver d’une gouvernance où le renouveau venait sans heurts.

Si la relève a pour elle l’énergie et la créativité, la vieille garde a pour elle la force et l’expérience. Pour réussir, une entreprise a besoin des deux. Savoir favoriser une relation respectueuse et pro­ductive entre les deux groupes est sans doute un gage de réussite pour n’importe quelle entreprise qui prétend durer encore quelques générations!

Remplaçant ou remplacé? On est souvent les deux… bien que le nostalgique se sente plus sou­vent remplacé et le fonceur remplaçant! L’important est de pas se sentir déplacé et savoir qu’il y a un temps pour toute chose. La relève d’hier est la vieille garde d’aujourd’hui et la relève d’aujourd’hui sera la vieille garde de demain. Nos idées nouvelles seront bientôt choses du passé pour d’autres, sans pour autant perdre de leur valeur. La façon dont votre entreprise gèrera ce cycle lui vaudra la relève qu’elle mérite!

Et les révolutions d’aujourd’hui, causées par le développement de l’intelligence artificielle, en ajoutent au stress de certains qui seront efficace­ment remplacés par des machines virtuelles! Si vous avez tendance à répondre comme un auto­mate, faites attention, l’un d’eux pourrait bien prendre votre place!


Auteur

Sandrine Dupriez, MBA


Abonnez-vous à notre infolettre

Profitez d’articles intéressants et passionnants; soyez informé sur nos prochaines activités